À jamais dans nos coeurs


« Il est étrange de constater à quel point le souvenir de la mort peut perdurer bien plus longtemps que celui de la vie qu’elle a fauchée. »
Arundhati Roy


Une plainte retentit suivie du bruit sourd d’un corps qui tombe à terre.

Dimanche 12 avril 2020, Villeurbanne, 1h30 du matin ! Un peu plus ou un peu moins.

Le regard attiré vers l’extérieur, elle se demande, pourquoi ? Pour qui est ce camion du SAMU qui s’approche de son allée ? Serait-ce le voisin du dessous qui a fait un malaise ? A-t-il besoin d’aide ? Ni une ni deux, elle se couvre rapidement puis, dévala les escaliers à toute vitesse, se rapprochant ainsi, pas après pas, du brouhaha de la foule.

Brusquement, elle s’arrête là ! Submergée par la peur, elle se fige, elle ne peut plus bouger.

Étendu au sol, des urgentistes se relaient au dessus de lui. Entre défibrillation et massage cardiaque son corps est secoué de part en part. Aucun signe, aucun souffle.

Bizarrement, elle se remémora son sourire et ses éclats de rire qui embellissaient tout alentour puis, la réalité la rattrapa pour ne voir que ses yeux, ses grands ouverts, qui semblent regarder son âme s’éloigner peu à peu.

Dès qu’elle l’a vue au sol, dès le premier regard elle a compris. Son fils, sa chair, son sang s’en était allé.

Chacun de nous gardera ce souvenir, celui de cet appel qui retentit dans la nuit, quand à tâtons on cherche du bout des doigts notre téléphone pour entendre, à l’autre bout du fil, ces mots qui ne cesseront de se répéter à jamais.

Oui, chacun de nous gardera cette marque, cette blessure, cette déchirure en plein coeur quand, en sursaut, on se réveille, le coeur battant à vouloir s’arracher sous ces mots qui se répètent encore et encore.

Mère, frères, oncles, tantes, cousins, cousines, famille et ami(e)s, chacun de nous, nous garderons à jamais cette faille dans le coeur, ce souvenir difficile de cette nouvelle brutale : Amir nous a quitté (رَحِمَهُ ٱللّٰهُ‎)

Tu n’as pas eu une vie des plus faciles, bien au contraire, mais il est admirable de voir comme tu as toujours su garder ce sourire et cet optimisme qui te caractérisaient tant.

Toi le petit homme qui a du prendre tellement de fois sur toi pour le bien être des autres, toi qui est parti en enfant et est revenu en homme tu nous quitte à présent en laissant ce vide incommensurable.

Submergé par cette perte des plus tragique, ton oncle ne cesse de répéter que tu ne nous as pas quitté, il n’y croit pas, à dire vrai nous avons tous du mal à le croire. 23 ans et en pleine santé, qui aurait pu y penser ?

Force est d’avouer que je m’attend encore à entendre un de tes appels dans lequel tu lui diras d’embrasser « la tata » ! « La tata », comment ne pas être envahit par la douleur lorsque ces mots se répètent et que l’on prend finalement conscience que jamais plus nous ne les entendrons ?

J’ai toujours dis à ta mère que je vous aimais comme mes fils et qu’al-Qayyoum m’en soit témoin c’est la gorge nouée et le coeur serré que j’essaie de contenir mes larmes afin de ne pas voir ton oncle flancher.

Incapable d’affronter la vérité, il est persuadé qu’on lui annoncera que tout ceci n’était qu’une mauvaise blague et que tu franchiras bientôt cette porte. Les yeux gonflés, il prend parfois conscience de cette dure réalité mais tente de ne pas montrer sa souffrance. Et c’est en se remémorant ton souvenir qu’il jongle entre sourire et tristesse en tentant de dissimuler ses larmes.

Et ta mère Amir, elle ne voit aucune issue à sa souffrance. Par moment elle semble accepter ce destin tragique mais replonge si vite dans cette tristesse qui commence à la ronger de l’intérieur. Petit à petit nous la voyons s’éloigner et se renfermer sur elle-même. Pourtant tes frères ont besoin d’elle, eux aussi vivent cette épreuve de la plus douloureuse des manières. Puisse-t-elle se relever et reprendre goût à la vie, sans pour autant t’oublier mais, en vivant avec ton absence dans l’espoir de te retrouver. (إن شاء الله)

À mesure que les larmes coulent, les poitrines se ressèrent et les gorges se nouent chacun prend petit à petit conscience que tout ceci n’est pas une répétition, ni un essai mais bel et bien le dernier acte d’une vie fraîchement fauchée.

Tu as laissé un grand vide Amir, ton absence nous pèse un peu plus chaque jour mais nous ferons tout pour honorer ton nom et faire en sorte que ton passage de la دُنْيا jusqu’à الآخِرة se passe de la plus douce des manières إن شاء الله

أسأل الله ان يجعل طريقك في القبر حلاوة و أسأل الله ان ينجيك من کل عذاب و أسأل الله ان يرزقك اجمل قصور الفردوس و جنات تجري تحتها الانهار

16 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Gut dit :

    Amir de là haut ne peut que remercier sa Tata d’un si bel hommage. Mais c’est trop trop triste. En tant que maman moi même je compatis à la douleur de sa maman.
    Je n’ai pas ta facilité pour trouver les bons mots, mais crois en ma sincérité, je suis de tout coeur avec vous. Je t’embrasse So

    Aimé par 1 personne

    1. Plume & Prose dit :

      Merci ma Gut, tes mots me sont précieux. Merci mille fois pour ta présence.

      Aimé par 1 personne

  2. quoiquonmange dit :

    23 ans… l’âge de l’Etudiant !!!
    Difficile de commenter ce magnifique texte bouleversant que tu écris à Amir si ce n’est de souhaiter que vous puissiez soutenir au mieux sa mère, c’est primordial pour ses autres enfants.
    Bizh. Viviane

    Aimé par 1 personne

    1. Plume & Prose dit :

      Merci mille fois Viviane pour ces douces paroles.

      Aimé par 1 personne

  3. Assia dit :

    J’allais quitter ton blog en pleurs mais j’ai senti le besoin de le commenter en larmes. C’est bouleversant et très triste de perdre un être cher et encore plus quand de son enfant. Un jeune qui commence à peine sa vie. Allah yarhmou
    الله يرحم و يسكن فسيح جناته و بصبر اهل
    انا لله وانا اليه راجعون

    J'aime

    1. Plume & Prose dit :

      Toute perte est bouleversante c’est vrai et celle d’un enfant est une souffrance incommensurable comme tu le dis. Navrée Assia que mes mots t’aient ému à ce point mais parfois il faut que ça sorte (comme on dit)
      Amin pour tes dou3as.
      بارك الله فيك

      J'aime

  4. Assia dit :

    J’allais quitter ton blog en pleurs mais j’ai senti le besoin de le commenter en larmes. C’est bouleversant et très triste de perdre un être cher et encore plus quand il s’agit de son enfant. Un jeune qui commence à peine sa vie. Allah yarhmou
    الله يرحم و يسكن فسيح جناته و بصبر اهل
    انا لله وانا اليه راجعون

    J'aime

    1. Plume & Prose dit :

      السلام عليكم و رحمة الله و بركاته
      جزاك الله خيرا

      J'aime

  5. sunlightmtl dit :

    Un tres bel hommage et tellement vrai je lis ton texte et je repense a papa a cette nuit ou le telephone sonne c’est mon petit frere et j’ai le coeur qui se serre on ne realisant pas ce qui se passe et en me disant ce n’est qu’un reve. Pas plutard que la semaine derniere ou c’etait le 40 eme jour de papa je disais a maman et si papa revenait, on a envie d’y croire meme si on sait que c’est impossible. Allah yarham ton neveu Amir et qu’il l’accepte dans son vaste paradis.

    Aimé par 1 personne

    1. Plume & Prose dit :

      Amin. Te lire me mets les frissons, on a ressenti la même chose c’est prenant, ça prend aux tripes. Même si quand même la perte d’un père est encore plus marquante et plus déchirante. Puis, d’un coup je pense à ma belle-soeur meskina, perdre un enfant. Qu’Allah fasse que ton papa et mon neveu soient en paix et que leur passage dans la tombe ne soit que douceur et qu’ils soient ressuscités au Jour Dernier parmis les meilleurs des hommes et qu’ils aient pour demeure finale les plus beaux palais du Firdaws avec les plus beaux jardins sous lesquels coulent les ruisseaux. Qu’Allah vous facilite dans cette difficile épreuve.

      J'aime

  6. Emmanuelle dit :

    J’en ai les larmes aux yeux, j’ai failli ne pas pouvoir ou vouloir lire le texte jusqu’au bout.. ça remonte trop de mauvais souvenirs, mais ça aurait été une offense à ta douleur et ta peine. Tu as au le courage de t’ouvrir et ce n’est pas donné à tout le monde. Je vous souhaite à toi et ta famille beaucoup de courage et me permet de te serrer virtuellement dans mes bras. Bisous

    Aimé par 1 personne

    1. Plume & Prose dit :

      Merci beaucoup ma douce Emmanuelle. Je m’excuse si ce texte t’a remué je ne voulais pas te faire remonter de mauvais souvenir. Merci pour tout.

      J'aime

  7. Selma dit :

    Tellement émouvant que j’ai eu du mal à lire jusqu’au bout, allah yarahmou…

    Aimé par 1 personne

    1. Plume & Prose dit :

      أمين
      اسمحلي
      جزاك الله خيرا

      J'aime

  8. nathaliegentit dit :

    Je pensais t’avoir laissé un message.. mais sache que quelque soit vos joies ou vos peines je suis toujours avec vous. ❤❤❤

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.