Il était une fois…le diabète !


« Toute maladie est une confession par le corps. »
Oskar Wadyslaw de Lubicz Milosz


Qu’il est bon de se sentir vivant, de ressentir le froid dans notre chair lorsque l’on respire, à plein poumon, cette douce brise fraîche que le matin nous offre.

À mesure que les premiers rayons du soleil brisent le manteau sombre de la nuit, la nature reprend vie sous nos yeux, telle une ébauche qui se dessine lentement, pour l’œil attentif.

Pouvoir contempler tant de beauté et s’émerveiller face à ces sublimes paysages figés, par ce givre étincelant, est une chose que l’on pense bien trop souvent, et à tort, acquise.

… mais une fois privé de ce sens magnifique, les paysages tantôt animés commencent à se brouiller jusqu’à ne plus être capable de distinguer l’herbe fraîchement coupée de la terre tout juste retournée.

La tristesse vous submerge, vous remplissant d’émotions toutes plus douloureuses les unes que les autres, triturant ainsi votre esprit de mille et une questions :

« Reverrai-je les diverses palettes des saisons ? Pourrai-je à nouveau m’émerveiller devant le ballet de la nature lorsque, sous le souffle du vent, les feuilles virent et chavirent ? Les couleurs de la vie vont-elles s’éteindre, une à une, jusqu’à ne laisser que la noirceur du néant ? »

Hier encore je voyais et tous ces gestes simples de la vie s’effectuaient sans accrocs : lire, écrire, manger, marcher, etc.

Avant de savoir « pourquoi« , revenons au lundi 13 décembre 2021, où tout a basculé….

[…]

Faisait-il beau ? Faisait-il chaud ? J’ai beau tenter de me le rappeler, les seuls souvenirs qui me reviennent en tête sont ses mots : « vous devez être hospitalisée d’urgence !« 

Quelques mots seulement qui, mis bout à bout, vous donnent l’impression d’une violente douche froide, que dis-je glacée : « hospitalisée d’urgence ! »

Il est vrai que je savais, au fond de moi, que la situation était critique, je m’explique : depuis septembre, ma consommation d’eau est passée de 1,5L d’eau par jour à 3L. Une prise de sang devait être faite en urgence, mais aucune suite n’a été donnée, j’ai donc laissé ce passage de côté.

Arrive donc le mois de décembre et ses belles décorations de Noël qui donnaient des allures féeriques à Lugdunum dont la grande place embaumait de ces douces effluves d’épices provenant du marché annuel.

Force est d’avouer que j’avais le cœur en fête rien qu’à, l’idée de dévorer de délicieux marrons glacées, retrouver ma famille autour d’un bon repas et, de surcroît, déguster bien des gourmandises.

…mais, car il y a bien trop souvent ce « mais » pour ternir l’horizon…mais voilà, que de 3L d’eau par jour je suis passée à 5L sans compter les multifruits et autres sodas de l’après-midi.

Qu’on se le dise, je suis adepte du « tout ou rien » ! Si je suis capable de ne boire aucun soda pendant des mois, il y a une période fatidique où je ne pense qu’à ça, allez comprendre !

Les packs d’eaux ne faisaient donc que se succéder, entraînant inévitablement de la rétention d’eau mais surtout une hyperactivité vésicale allant bien trop souvent jusqu’à l’incontinence.

Appelons un « chat » un chat, oui il m’est arrivée, à quelques reprises, de voir ma vessie défaillir. À mon âge, c’est assez humiliant je dois dire ! Pas de tabou, il me tient vraiment à cœur de tout vous raconter, sans détour, afin de pouvoir éviter à des personnes de se retrouver seules, face à des questions sans réponse, comme je l’ai été.

Fraîchement sortie de l’hôpital, je ne trouvais aucune réponse à mes questions et, désemparée, j’ai fini par me cacher sous mon bureau afin de pouvoir pleurer en secret, à fleur de peau.

« Faut-il faire comme ci ou ça ? Que vais-je devenir ? Vais-je me piquer toute ma vie ? Ma vue va-t-elle empirer ? »

Ce fameux lundi 13 décembre 2021, c’est donc auprès d’une endocrinologue que mister a tiré la sonnette d’alarme et le résultat fut sans appel : « vous devez être hospitalisée d’urgence car vous risquez le comas diabétique » !

457 mg/dl (4.57 g/L) !!! Sympa pour une découverte ! La messe est dite :

Logo-Diabet

Reste plus qu’à savoir si Type 1, comme ma cousine qui se pique plusieurs fois par jour ou bien Type 2 comme mon père qui se voit ingurgiter des médicaments matin et soir ? Je le saurai que le 3 février quoi que, j’en ai déjà une petite idée, vous allez vite comprendre.

Rassurez-vous, je ne vais pas vous faire un cours sur le diabète et ce qui le cause. Encore moins les ingrédients qui ont un indice glycémique bas ou haut, mon article est déjà assez soporifique comme ça.

Toutefois, revenons sur le traitement que j’ai eu, les conséquences de ce dernier et surtout les fameuses réponses que j’aurai tant aimé avoir ce soir là.

Mon hospitalisation a donc duré 48h, contrairement à mon entourage qui est resté pas moins de 2 semaines pour une découverte de diabète, le temps normal pour stabiliser tout ça.

Entre nous, c’était loin de me déranger, dès mon réveil j’avais déjà préparé mes affaires pour partir. L’hôpital ce n’est franchement pas une partie de plaisir même si le personnel était tout ce qu’il y a de plus charmant.

Je suis donc entrée à l’hôpital avec 457 mg/dl (4.57 g/L) puis, sortie avec 255 mg/dl (2.55 g/L) ce qui, dans mon cas, était encore beaucoup trop haut.

Pour les personnes non familières avec ces chiffres, ils correspondent à ma glycémie, également appelée « taux de sucre » dans le sang. Ce taux est généralement exprimé en « gramme par litre » (g/L) mais j’ai pris l’habitude de le noter en « miligramme par litre » (mg/L) comme il est inscrit sur mon lecteur de glycémie.

Accu-Insuline
Chekky aka l’accu-chek qui me suit partout désormais.

Il est vrai que la glycémie chez un diabétique peut varier en fonction de son alimentation, c’est indéniable, mais aussi en cas de stress, de colère, etc. Toutefois, 255 mg/dl (2.5 g/L) à jeun n’est franchement pas tip top quand on sait que mon taux est censé être entre 80 mg/dl (0.80 g/L) et 150 mg/dl (1.50 g/L) dixit l’endocrinologue de l’hôpital.

En bref, je suis sortie avec un traitement de type 1 (la piqûre d’insuline « abasaglar » familièrement appelée « la lente » car ses effets peuvent agir jusqu’à 24h sur le corps) et de Type 2 (metformine 500mg et 1 gramme, le fameux médicament qui aide les muscles à absorber le sucre, et par la même occasion vous ruine le bide en vous donnant des nausées affreuses et des crampes intestinales plus horribles les unes que les autres d’où le fait d’avoir ces petites merveilles aux formats 500mg et 1g afin de descendre la dose en cas de tourments.)

Sauf que, mon taux étant encore trop haut, l’endocrinologue de l’hôpital m’a également donné, de manière non-officielle (c’est-à-dire que ce n’est pas noté sur mon ordonnance), la fameuse piqûre d’insuline « Asparte », familièrement appelée « la rapide ». Cette dernière était à prendre à raison de 8 unités avant chaque repas, jusqu’à ce que le stylo soit vide.

Et me voici de retour chez moi avec mon nouvel attirail :

Aussi appelé « stylo » voici l’asparte (rapide) et l’abasaglar (la lente).

Tout aurai pu se dérouler de la plus simple des manières mais voilà que mon taux a brusquement chuté à tel point que je ne savais plus si je devais prendre la rapide ou non. Sur l’ordonnance il est bien dit de baisser l’abasaglar en cas d’hypoglycémie, etc. mais la rapide n’étant pas mentionnée où trouver mes réponses ?

Internet ne disait rien de bien précis mais heureusement, l’infirmière m’avait donné le numéro de service en cas de besoin malheureusement j’ai eu beau appeler une bonne dizaine de fois, je n’ai jamais eu la moindre réponse, ça ne faisait que sonner jusqu’à me couper au nez. L’endocrinologue de l’hôpital non plus ne répondait pas, pire encore un jour elle m’a même donné rendez-vous en téléconsultation à 14h30 (en précisant d’être devant mon ordinateur à 14h00 pétante) mais à 17h30 elle ne s’était toujours pas connectée. Ne parlons même pas des fois où elle m’a dit qu’elle me rappelait et je l’attend toujours.

En bref aucune réponse. Alors, la voici, pas de panique la rapide est faite pour faire descendre le taux. Ça vous le savez déjà ! Me concernant, il fallait bien continuer de la prendre car j’étais encore haute mais si le doute persistait j’aurai pu la prendre après manger car nombreux sont les diabétiques qui se piquent après manger, en fonction de leurs repas.

Mais là où la terreur m’a envahit, ce fut lorsque ma vision s’est toute embrumée pour devenir totalement floue. Si vous venez à passer par ces mêmes phases, point d’inquiétude puisqu’une découverte de diabète nécessite d’avoir un traitement de Type 1 (les piqûres) et de Type 2 (médicaments). Ainsi donc, le taux d’insuline précédemment trop bas sera désormais plus haut que la normale, ce qui va créer un gonflement au niveau de l’œil (non visible à l’œil nu) et créer ce trouble qui avec le temps augmentera et redescendra jusqu’à se stabiliser. D’où le fait qu’un diabétique soit suivi régulièrement chez un ophtalmo. afin de contrôler sa vue régulièrement.

En ce qui concerne l’insuline, plus particulièrement l’abasaglar, en cas d’hypoglycémie il faut baisser la dose, comme écrit sur mon ordonnance d’ailleurs.

Et si on mettait fin à cet article aussi long qu’ennuyeux ? Allez, cloturons avec un petit récap’ de « comment activer le stylo d’insuline ? »

Concernant le stylo Trulicity rien de plus simple puisqu’il suffit simplement de retirer le capuchon, tourner la molette sur le cadenas vert, poser le stylo sur la partie à piquer (cuisse par exemple) et bam on pique.

Trulicity

Passons donc à l’abasaglar et/ou l’asparte :

1. Retirez l’opercule de l’aiguille. Simultanément, retirez le bouchon du stylo d’insuline.

2. Positionnez l’aiguille (toujours dans son plastique) sur le bout du stylo puis, vissez. Retirez le plastique transparent. Un embout vert en plastique reste sur l’aiguille, retirez-le puis, placez-le en attente dans le plastique transparent.

3. Vérifiez maintenant que l’aiguille ne soit pas obstruée, pour cela, activez 1 ou 2 unité(s) à l’aide de la molette.

4. Effectuez une légère pression sur le dessus de la molette afin de voir une goutte sortir de l’aiguille.

5. Retournez au niveau de la molette et selectionnez l’unité dont vous avez besoin.

Souvenir de ma dernière dose d’abasaglar

6. Il ne reste plus qu’à vous piquer au ventre, à la cuisse ou au bras en appuyant progressivement sur le dessus de la molette afin que le produit soit injecté. Une fois injecté, comptez 10 secondes avant de retirer l’aiguille du site d’injection.

Note : Ayant commencé à 45 unités, si je peux vous donner un bon conseil ce serait de vraiment procéder à une injection progressive car plus vous allez injecter avec rapidité et plus cela fera mal. J’en ai fais les frais lol

7. Replacez le plastique transparent, dans lequel se trouve le plastique vert, sur l’aiguille. Vissez puis, tirez. Ainsi, l’aiguille quitte le stylo et se loge en toute sécurité dans le bouchon.

8. Il ne vous reste plus qu’à la jeter dans la boîte que la pharmacie vous aura donné.

Attention : Ne jetez jamais les aiguilles dans une poubelle lambda !

Petit récapitulatif concernant mon taux :

Mon taux idéal à jeun se doit d’être entre 0.80 et 1.50 mg/dl, dixit l’endocrinologue de l’hôpital.


207mg/dl

Ici, je dois donc poursuivre mes injections.


En revanche, en cas d’hypoglycémie, je me dois de baisser la dose (comme expliqué sur l’ordonnance).


Quels sont les symptômes d’une hypoglycémie ?

=> sueurs, sensation de faim anormale, nausées légères, tremblements, palpitations, fourmillements ou picotements autour de la bouche, vertige, maux de tête, vision trouble, sensation de faiblesse, perte d’équilibre, etc.

Me concernant, j’ai enchainé rapidement les hypoglycémies ce qui fait que j’ai choisi de stopper immédiatement l’Asparte (puisque personne à l’hôpital ne me répondait et encore moins l’endocrinologue de ce même hopital qui doit d’ailleurs me rappeler depuis mi-janvier alors que nous sommes à 2 jours de mars).


En cas d’hypoglycémie donc, vous pouvez vous resucrer avec 15g de glucides, ce qui correspond grosso-modo à :
– 3 morceaux de sucre dilués dans de l’eau,
– 200 ml de jus de fruit,
– 1 cuillère-à-café bombée ou 1 cuillère-à-soupe de miel.

Personnellement, je préfère bannir le sucre, pour l’instant, et opter pour du miel qui reste plus naturel.

En conclusion, il me tenait vraiment à coeur de réaliser ces quelques lignes, enfin ce pavé 🤭 ! J’espère sincèrement qu’il pourra aider ne serait-ce qu’une personne afin de pouvoir lui éviter de se retrouver perdue comme je l’ai été.

Un grand merci à tous et à toutes d’avoir pris le temps de prendre de mes nouvelles et un grand bravo si vous avez réussi à lire ce roman sans vous assoupir. Chapeau bas !

Il ne me reste plus qu’à retrousser mes manches, à poster les quelques recettes que je n’avais jusqu’ici pas eu le temps de poster puis, l’aventure ne fera que commencer vers une alimentation plus saine et équilibrée.

La suite, au prochain épisode.

P&P

Ps. : J’ai enfin pu reprendre mon activité de graphiste, découvrez et redécouvrez toutes mes réalisations en un clic !


Logo-Diabet

Si le logo que j’ai réalisé pour le diabète vous plait, n’hésitez pas à me le demander, je vous l’enverrai au format de votre choix, avec le plus grand plaisir.

37 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Martine Sananès dit :

    Chère combattante, chapeau bas💐💐…merci d’avoir donne de vos nouvelles copieusement nourries.. quelle terreur quand vous avez entendu la sentence : » hospitalisation d’urgence » vous avez du faire face à toutes ces épreuves et vous voilà hors de danger puisque vous reprenez hardiment votre savourerux blog…pas encore légère comme une Plume..😉mais ça viendra 🙏 Oui, vous allez ressentir, regarder, humer les prémices de ce printemps..oui la vie reprend pour vous, nous nous en réjouissons toutes et tous ..je vous embrasse bien fort Martine de Nancy

    J’aime

    1. Plume & Prose dit :

      Bien le bonjour Martine,
      Force est d’avouer que je suis à la fois honteuse de vous avoir imposé ce long pavé (à lire) et tout aussi émue de constater que vous m’avez offert autant de votre temps.
      Vos mots me vont droit au coeur, mille merci de votre soutiens et ravie de revenir parmis vous.

      J’aime

      1. martine sananes dit :

        Et vive le printemps naissant🌈💫💐

        J’aime

        1. Plume & Prose dit :

          Absolument 🌹🌷🌺🌼

          J’aime

        2. Catalina dit :

          Hello Sofia
          Moi aussi je suis passée un peu par là (sauf hospitalisation) 3-4 l d’eau par jour plus les problèmes de vessie, j’ai un diabète type 2 , je prends 2 gr de Metformine par jour.
          J’avais commencé par 3 gr après j’ai mangé ceto 2-3 mois et j’ai baissé à 2 gr parfois 1 gr par jour.
          Je mange low carb depuis et mes analyses sont normales pour une diabètique.
          Bon courage, merci pour ce témoignage bouleversant , ça va aller j’en suis sûre.
          😚 bisous

          J’aime

          1. Plume & Prose dit :

            Ah les metformine 1g je ne les supporte pas ils me retournent le ventre du coup je suis à 500mg mais ça va je suis toujours en hypoglycémie. Par contre, les résultats sont revenus positif au Type 1, l’endo. dit que je suis en phase de lune de miel et qu’à n’importe quel moment je peux rechuter et devoir me piquer à nouveau. In shaa Llah qu’elle se trompe.

            J’aime

  2. quoiquonmange dit :

    Tu es une guerrière, tu vas maîtriser la bête avec patience et détermination, je n’en ai aucun doute 😉
    Belle journée Sofia. Bizh. Viviane
    PS : J’aime bien le logo !

    J’aime

    1. Plume & Prose dit :

      Mille merci ma douce Viviane.
      Merci pour le logo, si tu le veux hop je te l’envoie hihi

      Aimé par 1 personne

      1. quoiquonmange dit :

        Merciii !!! Je me permettrai de te le demander quand cela s’avèrera nécessaire. Dans l’immédiat c’est sous contrôle pour ne pas passer la barrière 😉

        J’aime

        1. Plume & Prose dit :

          Je te souhaite de ne jamais en avoir besoin

          Aimé par 1 personne

    2. Fabienne dit :

      Coucou Sofia,
      ne soit pas honteuse de ce long pavé (qui d’ailleurs n’en est pas) c’est tout simplement un partage intime d’une épreuve de vie et ne le liront entièrement que les personnes qui s’intéresse à toi et à cette affection.
      Merci pour ce témoignage qui, je dois l’avouer, m’a permise de comprendre le diabète et d’en apprendre un peu plus.
      Je te souhaite beaucoup de courage même si je sais que ce n’est pas facile par moment.
      Tu connais le proverbe Sofia: ce qui ne tue pas rend plus fort ( inchallah)
      Utilise cette force, puissante et unique pour ne faire qu’une seule chose:
      PRENDRE SOIN DE TOI
      Je t’embrasse.
      Fabienne.

      J’aime

      1. Plume & Prose dit :

        Tes mots me vont droit au coeur Fabienne, je te remercie sincèrement.
        Toutes mes excuses de n’avoir lu tes mots avant, je dois admettre que j’avais un peu abandonné le blog mais j’essaie de me reprendre de ce côté. Jazak’Llahou Khairan.

        J’aime

  3. Nathalie GENTIT dit :

    He ben non je ne me suis pas assoupi en lisant ce que tu appelle ton pavé.
    Par contre javoue avoir la larme à l’oeil tu connais ma sensibilité.
    J’espère que beaucoup le liront car le diabète n’est pas à prendre à la légère. Chaque fois que je fais une prise de sang c’est ce qui m’angoisse le plus..
    Je vais de ce pas partager ton article !
    Il est comme tous les autres tres bien écrit avec ta plume mais aussi avec ton coeur.
    Titi.

    J’aime

    1. Plume & Prose dit :

      Mille merci ma douce Titi, pour ta présence et ton soutien infaillible !

      J’aime

  4. Oh ma pauvre quelle épreuve mais tu es une battante. Je ne me suis pas endormi en lisant ton pavé, je l’ai trouvé très intéressant et il sera utile à bon nombre de personnes. Merci et continue à te battre
    Bonne journée
    Bisous

    J’aime

    1. Plume & Prose dit :

      Mille merci Christelle !
      Tes mots me vont droit au coeur.
      Tellement contente de te retrouver

      J’aime

  5. betty dit :

    tu va y arriver il n y a pas de raison pleins de bonne onde de moi et mon maris , je t embrasse

    J’aime

    1. Plume & Prose dit :

      Mille merci à vous deux ❤

      J’aime

  6. Ewa07 dit :

    Très heureuse d’avoir de tes nouvelles. L’infirmière (en retraite) que je suis a lu avec attention ton récit et je comprends les affres que tu as endurées depuis 3 mois.
    Il faut maintenant vivre avec cette maladie mais je suis sûre que t’en sors très bien.
    Tu vas nous faire découvrir des recettes, adaptées à cette situation, qui serviront à tous
    Courage et à bientôt

    J’aime

    1. Plume & Prose dit :

      Merci mille fois vraiment. Après avoir accusé le coup je relativise et me dis que finalement je ne suis pas à plaindre. Au début c’était vraiment flippant mais plus les jours passent et plus je me dis que finalement ce fut un mal pour un bien.

      J’aime

  7. Bravo à toi et merci pour ces mots, de te livrer auprès de nous. Bon courage à toi pour tout ça.
    Heureuse en tout cas de te retrouver. Bisous

    J’aime

  8. La maladie est un gros coup de massue et je te souhaite beaucoup de courage pour l’affronter. Merci pour tous ces mots qui seront utiles pour les personnes qui découvrent le diabète et celles qui ne le connaissent pas.

    J’aime

    1. Plume & Prose dit :

      Merci à toi d’avoir pris le temps de me lire

      J’aime

  9. Emmanuelle dit :

    C’est courageux de ta part d’avoir écrit ce texte, tu te livre et c’est émouvant. Ca pourrait permettre à d’autres personnes de se poser des questions quant à leur santé. Bon courage e que la force soit avec toi 🙂

    J’aime

    1. Plume & Prose dit :

      Merci du fond du cœur

      J’aime

  10. Farah dit :

    Je te souhaite de te rétablir de cette maladie qui ronge de plus en plus de personnes….
    J’espère que tu arriveras à dompter la bête !
    Je te souhaite une volonté sans faille pour stopper le sucre définitivement et de la force dans ces moments difficiles.
    Courage P&P
    N’hésite pas à m’écrire quand tu veux !
    Je serai toujours là.

    J’aime

  11. silenacuisine dit :

    Re coucou, j’ai lu tout ton article jusqu’au bout et je l’ai trouvé très intéressant. Mon conjoint est diabétique mais de type2 depuis 3 ans (héritage familial) quant à moi j’ai aussi de l’héritage familial mais pour le moment je n’ai pas de diabète. Depuis qu’il a été diagnostiqué nous faisons beaucoup plus attention. J’ai eu quelques soucis de santé avec le covid en début d’année mais rien de grave. Ton logo est très jolie. Bon courage dans ton combat contre ce diabète.

    Aimé par 1 personne

    1. Plume & Prose dit :

      Mille merci d’avoir pris le temps de me lire et surtout pour tes mots qui me vont droit au coeur.

      J’aime

  12. Jackie dit :

    Oh je viens de découvrir ton article, très intéressant et qui vraiment apporte beaucoup d’informations. J’espère qu’en ce 1er juin ton état s’est stabilisé et que tu vas mieux. Je ne peux que te souhaiter beaucoup de courage. Belle journée

    Aimé par 1 personne

    1. Plume & Prose dit :

      Merci mille fois. Oui, Dieu merci, mon état est actuellement stable et ma foi je viens très bien avec cette maladie. J’ai pris mes marques on va dire hihi

      J’aime

    1. Plume & Prose dit :

      Merci mille fois il fut écrit avec le coeur

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.