Comme un bon souvenir du Temps Gourmand


«Le pays natal de mon père était une terre ruisselante de lumière. Toutefois, chaque année, vers novembre ou décembre, même les jours où le ciel sans nuages paraissait d’une limpidité parfaite, il arrivait bien quatre ou cinq fois qu’une ondée passât. À croire que mon coeur, mon instable coeur, c’est ce terroir qui a fait ce qu’il est..»
Le Pavillon d’or de Yukio Mishima


Qu’il semble lointain ce temps où nos préoccupations ne tournaient qu’autour de nos explorations.

Galoper dans la nature, se rouler dans l’herbe, escalader les vieilles bâtisses et s’inventer des aventures surréalistes.

Tel un justicier et son fidèle acolyte, mon cousin et moi étions les inséparables, le duo de choc en bref les deux casses-cous de la famille.

Sortant de la vieille maison

après le déjeuner nous ne rentrions qu’à la nuit tombée. Toujours pimpants les deux enfants, tirés à quatre épingles mais à peine éloignés de la surveillance maternelle nous ne prêtions d’attention qu’à nos amusements et finissions, bien trop souvent, barbouillés voir même égratignés de la tête aux pieds.

Qu’il était bon ce temps de l’insouciance où les éclats de rire rythmaient nos journées. Même les roustes ne pouvaient ternir notre bonheur.

À l’époque un rien nous amusait, laissant libre cours à notre imagination nous n’avions qu’un seul mot d’ordre : ne jamais rester enfermé.

Comme je les plains ceux qui n’ont pas connu cette vie, affalés derrière leurs écrans, ils ne vivent la vie qu’en format 2D

Et plus encore, cette belle époque était soldée par la connaissance transmise de génération en génération. Découvrir la vie à la ferme auprès de nos aïeuls, parcourir les champs cultivés, ramasser le maïs, le blé, .. aider au jardin, semer, planter, bêcher, .. nourrir les animaux, procéder à l’abattage en terminant par l’étape finale et des plus importantes : la cuisine, au poêle à bois qui servait aussi à réchauffer les pièces centrales de la vieille maison.

Puis, les vacances terminées, les enfants de la ville repartaient. Au revoir Balandière de Linazay et bonjour la banlieue parisienne et ses blocs de béton tagués.

Que de souvenirs qui en font aujourd’hui nos plus belles expériences et ce plaisir indescriptible de pouvoir, un jour, transmettre à notre tour ces traditions afin qu’elles ne s’éteignent jamais.

Mais une fois la ville retrouvée, les facilités ne sont plus les mêmes, nul n’est en mesure de dire exactement ce qu’il consomme vraiment avec les produits industriels. Retourner à Balandière n’est plus possible pour nous car nos aïeuls s’en sont allés. Le terroir s’éloigne chaque jour un peu plus jusqu’à oublier le bon goût des bonnes choses.

Quand soudain, telle une lueur d’espoir, je croise le chemin de deux passionnés. À leur rencontre les souvenirs m’envahissent, je revois les champs à perte de vue sur la route D35

et le fameux croisement avec la D37.

Les odeurs me reviennent en mémoire, les feuillages à l’entrée du lieu-dit,

les chiens de chasse de Jackie qui aboient, le coq du poulailler de mon grand-père qui nous honore de son plus beau chant et le bon vieux portail en bois

qui ne restait jamais verrouillé afin d’accueillir à n’importe quelle heure tous voyageurs.

Ce bon dans le passé est désormais possible grâce à Annabel et Stéphane, ces deux amoureux de bonnes choses et surtout d’authenticité.

Leur idée :
Rendre accessible le terroir aux quatre coins de la France avec la suppression des intermédiaires. Achetez en direct des produits frais, savoureux et fidèles au savoir faire des générations précédentes.

En ce sens, ils ont créé «Temps Gourmand» qui réunit des artisans et paysans qui prennent le temps de réaliser de beaux et bons produits, de qualité, au sein d’un système de production et de distribution plus juste et plus sain (sans conservateurs, colorants et autres produits chimiques) ce qui permet une rémunération des créateurs plus équitable à prix accessible, pour tous.

Un soutien de taille pour nos petits producteurs, ce qui donne des exploitations plus respectueuses des animaux et de la nature, de surcroît.

La marche est simple :
Vous passez votre commande, sur «Temps Gourmand», charcuterie, fromagerie, produits de la mer, épicerie salée et/ou sucrée, .. Le producteur est averti, prépare vos produits et les envoie à «Temps Gourmand» qui se charge de l’envoi en colis isotherme,

livré à votre domicile ou dans un relais frais proche de chez vous.

Ensuite, il ne vous restera plus qu’à vous régaler.

Pour ma grande première j’ai plaisir à découvrir deux des produits concoctés avec passion par «Maison Matthieu» :

un beau pavé de saumon fumé artisanal et des filets de maquereaux fumés.

Des poissons fumés préparés avec un savoir-faire traditionnel et une méthode ancestrale dont les exquises saveurs raviront nos papilles.

À peine reçus les idées de recettes fusent mais je ne vous en dis pas plus aujourd’hui, je vous laisse tout à loisir de découvrir et redécouvrir les Producteurs «Temps Gourmand» en attendant mes prochains articles où ces produits d’exception seront mis en action.

To be continued,

😉

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.