Banlieusards, le film


« On n’est pas condamnés à l’échec.
Pour nous c’est dur, mais ça ne doit pas devenir un prétexte.
Si le savoir est une arme, soyons armés,
Car sans lui nous sommes désarmés. »
Kery James


La fin est annoncée, l’oeil humide se retire à mesure que la scène s’éloigne et s’amenuise jusqu’à ne devenir qu’un point.

Les émotions à vif, encore en ébullition, le souffle coupé, la gorge nouée, la larme à l’oeil rapidement balayée d’un revers de la main, je me reprend et vous livre mes impressions. À chaud, sans aucune demi-mesure, ni langue de bois et avec toute la sincérité qu’il se doit.

Raconter la vie dans les banlieues est une chose vue et revue, une sorte de réchauffé parfois même surfait.

Plongeant entre un scénario bancal et des acteurs sans aucun charisme, l’histoire se répète sans cesse : les banlieusards sont tous des assistés, drogués ou vendeurs de drogues, incapable d’aligner deux mots sans que le bescherelle se mette à saigner du nez, terroristes en devenir, en bref l’insécurité règne en maitre dans les banlieues. La description de la terre qui nous a porté, celle pour qui nous nous sommes parfois disputés, chamaillés, entretués, cette terre, que dis-je ce lieux, cette ville, cette cité celle que l’on appelle cocon familiale car de famille il n’y a pas que le sang. À chaque fois qu’on en parle elle se voit souillée mais aujourd’hui je vous l’écris, le coeur encore serré par cette fin, nous avons été représenté d’une bien belle manière. Certes comme dans toutes les familles il y a ce cousin qui fait les 400 coups mais pas que, on ne se limite pas qu’à cela. Enfin !

Dès les premières minutes nous nous prenons d’affection pour cette femme. Malgré son âge, sa santé et tous les tracas de la vie accumulés, cette femme sait rester forte. Il est vrai qu’elle n’a pas forcément le choix, elle est le pilier de la famille. Famille unie mais pourtant déchirée. Qu’importe si elle est épuisée, attristée ou écorchée elle se relève sans cesse pour subvenir à l’avenir parfois incertain des siens.

À mesure que les minutes passent nous nous attachons encore plus à elle car finalement elle pourrait être des nôtres, ce pourrait être notre mère, notre tante, notre soeur, .. Nous avons tous cette femme dans notre entourage. Moi elle s’appelle : « صَالِحَة »

Son fils, magnifiquement joué par Jammeh Diangana, aussi élégant qu’éloquent, nous montre un des visages de notre terre, celle qui contrairement aux « on-dit » fait aussi naître des « soldats » (*), pas que des « lâches » et des « victimes »

Sur un mélange de prestance, d’échange et de divergences, il a su nous montrer que la banlieue n’est pas uniquement ces clichés, toute cette violence, etc. car elle sait aussi se défendre et laisser dévoiler de beaux cygnes majestueux près à la représenter et la rendre fière lorsque, le moment venu, ils prendront leur envole.

Et à côté de cette beauté, la souffrance trouve aussi sa place. Il, oui il vous l’aurez deviné, Kery James a su comme toujours nous toucher, nous marquer de ses paroles qui ne cesseront d’être gravées en nous, comme toujours, et qui savent toujours aussi bien parler à une oreille attentive :

« On n’est pas condamné à l’échec, voilà l’chant des combattants,
Banlieusard et fier de l’être, j’ai écrit l’hymne des battants,
Ceux qui n’font pas toujours ce qu’on attend d’eux,
Qui n’disent pas toujours c’que l’on veut entendre d’eux,
Parce que la vie est un combat,
Pour ceux d’en haut comme pour ceux d’en bas,
Si tu n’acceptes pas ça c’est que t’es qu’un lâche,
Lève toi et marche ! »

En bref :
Un bel hommage à la banlieue, un souffle d’espoir et une belle occasion de voir qu’elle renferme de nombreux trésors. Chapeau bas à Jammeh Diangana et Chloé Jouannet pour leur jeu remarquable sans oublier Kery James que l’on aimerait bien revoir dans d’autres films encore.

Découvrez et redécouvrez sur Netflix « Banlieusards » de Kery James, ce film poignant tourné au coeur du « Lieu du ban » ou comme on l’appelle maintenant la « banlieue »

Banlieusarde et fière de l’être,
Je n’échangerai mon passé contre aucun.
Plume & Prose

(*) le terme soldat ici employé ramène aux paroles de Kery James :
« Avant de crier « c’est pas la peine ! Quoi qu’il advienne, le système nous freine !»
À toi de voir ! T’es un lâche ou un soldat ?
Entreprends et bats-toi !
Banlieusard et fier de l’être.
On n’est pas condamné à l’échec. »

16 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Gut dit :

    Je n’ai pas vu ce film mais je comptais le faire car je voulais me faire une idée. Les critiques que j’ai vues sont surprenantes, soit elles sont grandement enthousiastes comme tu le fais, soit ce sont des critiques qui déglinguent carrément le film le traitant de vraiment nul, j’ai même vu film à brûler !
    J’espère que je pourrais le faire afin de savoir de quel côté je penche ! merci pour ton avis.
    Gros bisous So, je pense à toi..

    Aimé par 1 personne

    1. Plume & Prose dit :

      À brûler ? Ah oui quand même.
      Bon si on juge en fonction du jeu de rôle de certains acteurs là c’est clair que ce n’est pas du tout le meilleur côté hein lollll ceci dit j’ai vraiment aimé le côté « on n’est pas que des dealers » le jeune homme qui suit des études d’avocats et ce concours d’eloquence vraiment je buvais leurs mots et d’avoir vécu certaines des scènes dans la vie de tous les jours ça rajoute ce je ne sais trop quoi qui m’a fait aimer cette oeuvre

      J'aime

  2. chouchou dit :

    très bel article! un bel hommage à ce joli film

    Aimé par 1 personne

  3. Gut dit :

    Eh bien depuis je l’ai vu sur eyo bim je ne sais pas si tu connais. Films gratuits en Streaming.
    J’ai beaucoup aimé et partage ton sentiment sur ce film. J’ai habité jusqu’en 1991 le 93 et il est vrai que si c’était déjà assez hard, il y avait effectivement des personnes qui essayaient de s’en sortir. J’en connaissais et ils n’en avaient que plus de mérite.
    Le concours est un très grand moment qui donne effectivement envie d’applaudir !

    Aimé par 1 personne

    1. Plume & Prose dit :

      Ah non je ne connais pas ce site merci pour ce partage ma Gut. Oh moi aussi j’étais du 93 !

      Aimé par 1 personne

      1. Gut dit :

        D’où ? moi Pantin !

        Aimé par 1 personne

  4. Les délices de Mathilde dit :

    Très bon film sauf l’acteur aux cheveux lisses. Son jeu d’acteur est à revoir.

    Aimé par 1 personne

    1. Plume & Prose dit :

      😂 je dois admettre que je ne l’ai pas spécialement aimé, le contraire même.

      J'aime

  5. Joker dit :

    Super film !!!
    J’ai adoré !!!
    Merci de me l’avoir fait découvrir !!!
    Merci encore pour votre travail !!!

    J'aime

    1. Plume & Prose dit :

      Merci d’avoir pris le temps de me lire.
      Et ravie que cela vous ai plu !
      Ps. : Vu votre pseudo vous avez du le voir mais de vous à moi, mon film favoris, le numéro 1 de tous les temps => Joker ! Si vous ne l’avez pas encore vu je vous invite à le voir.

      J'aime

  6. Selma dit :

    Bel hommage. J’ai bien aimé aussi

    Aimé par 1 personne

  7. Vanessa dit :

    Excellent film. Je ne suis pas fan de ce genre je l’ai trouvé émouvant. J’ai beaucoup aimé la plaidoirie finale.

    Aimé par 1 personne

    1. Plume & Prose dit :

      C’était le meilleur moment en effet !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.